04/06/2015

D comme... Débroussailler le pied de l'arbre #Challenge AZ


Le virus de la généalogie m'a frappée très tôt. J'avais12 ans et une prof d'histoire/géo pensant sans doute nous intéresser aux aventures du passé nous a proposé de préparer nos arbres généalogiques... Je l'en remercie ! Après quelques questions à ma grand-mère, j'ai maladroitement dessiné un arbre regroupant les infos que j'avais pu obtenir. Je me suis vite aperçue de la difficulté de dessiner un arbre généalogique à main levée !!!
Voilà, c'était trop tard, j'avais mis le doigt dans l'engrenage. C'est donc avec une passion toujours renouvelée que je me plonge régulièrement dans mes dossiers.

Le temps passant, un point m'inquiète : toutes ces heures (délicieuses certes) passées le nez collé aux registres ou à l'écran, ces petites infos soigneusement intégrées, ces documents précieusement numérisés, que deviendront-ils ?


QUE DEVIENDRONT NOS DONNEES ?

Même si je n'ai qu'une petite quarantaine, que se passera-t-il le jour où j'aurai rejoint tous ceux qui me font coucou dans leurs petites cases bien alignées ?
Quelqu'un saurait-il s'y retrouver dans mes petites affaires? Penserait-on seulement à les préserver pour les générations à venir?

En fait mon arbre n'est pas un beau chêne érigé au milieu d'un jardin bien entretenu, c'est une sorte de gros buisson perdu au milieu d'une lande inextricable... En mon absence, il faudrait beaucoup d'abnégation pour tout remettre en ordre.

D'où la nécessité de débroussailler !

Et je suppose que je ne suis pas la seule dans ce cas. Nos dossiers, même bien archivés et organisés ne « parlent » pas aux néophytes.
  • Qui saura ouvrir votre dossier généalogie et utiliser votre logiciel préféré pour en extraire le gedcom ?
  • Qui trouvera dans vos dossiers les documents importants et ceux qui ne sont que des ébauches ?
  • Le cousin éloigné qui souhaiterait faire des recherches saura-t-il seulement que vous les aviez commencées et même bien avancées ?
  • Vos infos dument sauvegardées seront-elles encore lisibles quand ce cousin découvrira leur existence 15 ans ou 20 ans plus tard (dans le meilleur des cas) ?

J'ai moi-même eu la chance de bénéficier du travail acharné d'une grand-tante. J'ai reçu des mains de son fils des photocopies des beaux arbres qu'elle avait réalisé et cela 20 ou 30 ans après qu'elle les ait tracés.



REPERER LES ELEMENTS ESSENTIELS

La plupart des généalogistes utilisent les outils suivants :
  • Logiciel sur leur ordinateur
  • Indexation en ligne
  • Sauvegardes de leur gedcom
  • Arbres papier
  • Fiches ou dossiers individuels ou familiaux
  • Dossiers ou boites de photos anciennes
  • Dossiers ou boites de documents
  • Et tout un tas de carnets, feuilles volantes, sous-dossiers informatiques...

Afin de pouvoir préserver et diffuser le résultat de nos recherches, il importe d'extraire l'essentiel. On ne peut en effet dupliquer l'ensemble de nos cartons, boîtes, carnets, gribouillis...

Le choix des éléments essentiels sera propre à chacun, mais je vais essayer de proposer quelques éléments et la façon qui me semble la meilleure pour les mettre en place.

Eléments à protéger et diffuser :
  • Documents sources : actes d'état-civil, notariés, références des sources...
  • Photos : scan des photos anciennes, cartes postales, images prises lors de déplacements.
  • Gedcom
  • Arbres et/ou listes

Supports :
  • Disque dur externe : (disque de sauvegarde pour cas de panne d'ordi), permet de sauvegarder régulièrement nos données. Un second exemplaire déposé chez un ami ou un membre de la famille à compléter 2 fois par an n'est pas inutile. (Sinon stocker sur le cloud).
  • Cloud : stockage en ligne... discutable (ya les pour : pratique, rapide ; et les contre : on sait pas où ça va et ça peut disparaître d'un coup comme megaupload)... on n'en discutera pas ici.
  • Clé usb : uniquement pour emporter des données en déplacement, fragile et inadaptée au stockage de long-terme.
  • CD Rom : Support de sauvegarde peu coûteux, facile à dupliquer et à distribuer autour de soi. Mais durée de vie limitée !
  • Arbre papier général  : joli, parfois encombrant, mais son inconvénient est surtout de comporter peu d'infos en général.
  • Arbres papier partiels : mon péché mignon, sur 5 générations, mais mêmes inconvénients que les grands.
  • Albums imprimés : aujourd'hui de nombreux sites proposent ce service à partir de pdf par exemple, l'avantage est la durée de vie du livre.
  • Blogs : pratique pour diffuser, mais sur la durée...


DUREE DE VIE DES PRINCIPAUX SUPPORTS

Le numérique présente de nombreux avantages duplication facile, immédiate et gratuite, mais il est également lié à un risque inhérent à la durée de vie du support, mais aussi de la machine nécessaire à sa lecture.

Je me souviens d'un article de magazine où l'auteur expliquait avoir sauvé in extremis le manuscrit (tapuscrit en l'occurrence!) d'un livre qu'il avait écrit plusieurs années auparavant... et sauvegardé sur disquettes 5 pouces... les grandes disquettes... non vous ne vous en souvenez pas, c'est normal !

Cette semaine j'ai écouté une émission de radio au cours de laquelle un invité parlait de la restauration du premier film des frères Lumière. Il mentionnait justement que ce travail n'avait été possible que grâce au fait que le support film se conserve bien, qu'il avait pu être transféré en numérique pour le retravailler. La conversation a rebondit sur le fait que certains cinéastes décident aujourd'hui à l'inverse de recopier leurs œuvres (conservées sous forme numérique) sur des films pour en assurer la pérennité. C'est aussi le cas de l'obligation de dépôt de film au CNC, même ceux tournés en numérique doivent être fournis en pellicule 35 mm.


Support
Durée de vie
Taille
CD Rom
5 ans
680 Mo soit 0,7 Go
DVD
10 ans
4,7 Go
Disque dur externe
10 à 30 ans
Jusqu'à 2 To

Vous pouvez consulter ici une infographie tout à fait parlante des différents supports. Inutile de parler anglais, la ligne vert foncé est la durée de vie en usage, la ligne vert clair, la durée de vie si on les conserve dans un lieu approprié et qu'on n'y touche pas.

Mais ces calculs n'incluent pas le fait de ne pas trouver de machine dans quelques années qui puisse faire fonctionner votre matériel... qui possède encore un lecteur de disquettes ???


LA SOLUTION QUE J'ENVISAGE

Bien sur les solutions numériques, nous les utilisons tous, mais il me semble nécessaire de passer par le papier pour assurer l'avenir de nos ancêtres ;-)

L'impression d'un ou plusieurs livres (par branche par exemple) comprenant mes listes d'ascendance détaillées et intégrant photos de famille et actes principaux. Un chapitre spécial permettra de fournir toute info complémentaire comme l'adresse d'un blog ou de la page geneanet, des conseils pour comprendre le mode de classement de nos dossiers, etc... A ce livre pourra être joint à la demande un dvd regroupant images numériques importantes et gedcom.

Attention, il ne s'agit pas d'une monographie familiale, le but n'est pas que ce soit beau ou joliment rédigé, c'est uniquement une sauvegarde. Le but est de pouvoir regrouper en un document facile à partager et pérenne l'ensemble de mes données.
Pour la réalisation, on pourra utiliser comme point de départ par exemple un pdf de notre liste d'ascendance que l'on peut imprimer à partir de notre arbre indexé sur généanet.
Ou bien utiliser le logiciel genopress qui est payant mais semble intéressant et réutilisable ensuite pour rédiger un vrai livre de famille.



Pour l'impression, mes chouchous sont les sites Blurb et Lulu qui présentent un rapport qualité prix qui me semble intéressant. L'usage du pdf chez Lulu est particulièrement aisé.

Le livre peut ensuite être commandé directement sur le site par les membres de votre famille à qui vous en donnez le lien. Dans ce cas, si vous souhaitez leur transmettre votre gedcom, il vous faudra le faire par mail ou en leur envoyant un CD. On peut aussi imprimer le livre en pdf... mais là on revient au point de départ;-)

Chez Blurb un livre de 400 pages en couleur format 15x23 est à 19€
Chez Blurb un livre de 400 pages en n&;b format 15x23 est à 6€
Chez Lulu un livre de 400 pages en n&b format 14x22 est à 6€


Je serais intéressée de connaître vos solutions personnelles, si vous avez le temps de me laisser un petit message.


Sources sur les films
Expo Frères Lumière : ici
La conservation du patrimoine cinématographique : ici


Sources pour l'impression des livres
www.genopress.com
www.blurb.fr
www.lulu.com/fr/

8 commentaires:

Unknown a dit…

La transmission est un sujet important. J'aime l'idée du livre, une jolie façon de mettre en forme tous ces actes et photographies. Quant aux fichiers numériques, si vous optez pour le cloud, il faut penser à communiquer ses identifiants de connexion !
J'ajouterai que des noms de fichiers clairs type nom-prénom-date-type d'acte, au minimum, est recommandé. Nommé tous ses documents uniquement par la numérotation Sosa, ne sera pas parlante et obligera l'héritier à tout renommer.

Guillaume a dit…

Bonjour,

Je pense aussi que le support du livre reste le meilleur moyen de sauvegarde et de transmission de nos recherches. J'envisage le support numérique sur le moyen-terme car ça reste un outil formidable !
Très bon article en tout cas, clair et exhaustif.

Bon challenge :)

Guillaume

Anonyme a dit…

A l'ère du numérique c'est vrai que le moyen de sauvegarde qui nous parait le plus fiable reste encore le livre :)

tom_et_jerry a dit…

Merci Sophie, Guillaume et Céline pour vos réponses. Cela me conforte dans mon projet.
A bientôt pour la suite.
Emma

Brigitte S a dit…

Bonjour
C'est une préoccupation que je partage, pour mon arbre j'espère que la mise en ligne sur Geneanet et sur FamilySearch permettra à d'autres de s'y retrouver
J'ai aussi pensé au livre, c'est une idée qui me trotte également dans la tête :)
Bravo pour vos articles fouillés et très interessants

tom_et_jerry a dit…

Merci Brigitte,
Ce serait dommage que nos infos soient perdues.
Il faut y consacrer du temps sinon tout aura été fait pour rien.
À bientôt.

HélèneSoula a dit…

Bonjour,

cela a peut-être changé mais, il y a peu, la qualité des livres "Lulu" n'était pas vraiment satisfaisante. Petit plaidoyer pour le local et le contact humain : des imprimeurs de livres en numérique travaillent tout près de chez nous !

Bon challenge :)
Hélène

tom_et_jerry a dit…

C est tout à fait juste Hélène. J ai tellement l habitude d utiliser le net que j en perds les bons reflexes.
Emma